Start-up : levée de fonds, mode d'emploi

Posted by Catherine MB&Scott

Business Angels, Crowdfunding, crédit... Les solutions pour lever des fonds se multiplient au plus grand bénéfice de la croissance des startups. Quel mode de financement privilégier ? Comment procéder pour convaincre des investisseurs ? Eclairages et conseils.


Le crédit professionnel : courtiser les courtiers

 

On sait au combien les banques ont verrouillé l'octroi des crédits ces dernières années. Tout projet présentant un risque, même minimum, a de très bonnes chances de se faire gentiment refuser. La crise fut longtemps le prétexte principal de cette prudence excessive. Mais vu la difficulté persistante d'obtenir un crédit, on peut s'interroger sur la volonté des banques à vouloir toujours assurer cette part de leur métier dont s'emparent de nouveaux acteurs sur le marché.

L'une des pistes à explorer peut d'être faire appel à un courtier pour obtenir un crédit professionnel. Comme pour une assurance, il pourra faire le tour des banques pour étudier la solution la plus adéquate. Attention, vous n'échapperez pas pour autant au plus laborieux: la construction d'un dossier de choc pour mettre tous les chances de votre côté.

 Ebook du créateur de startup

Investisseurs : le rêve à une poignée de main ?

 

Voilà ce que l'image des Business angels, capital-risqueurs et fonds d’amorçage peuvent nous faire miroiter… Un contact, un pitch bien réussi et le tour est joué. La réalité doit être mieux appréhendée : si les business angels ont tous en commun d'avoir un portefeuille généreusement rempli, ils peuvent se distinguer les uns des autres par leur parcours et par leur sensibilité. Essayez d'en savoir un peu plus sur leur profil et sur le type de startups dans lesquelles ils ont l'habitude d'investir. Quelle différence pourrait le convaincre ?

Le dossier doit être d'une efficacité redoutable : vous devez être capable d'exprimer en un ou deux messages clés votre offre. Les arguments phares et la vision du marché potentiel doivent faire mouche et être immédiatement perceptibles. Votre présentation est elle aussi cruciale, la qualité des équipes étant un point essentiel de leur choix.

Gardez à l'esprit que les investisseurs ne perdent jamais de vue leur objectif: la fructification de leur argent via une prise de participation dans le capital de votre entreprise. Précisions qu'une fois l'accord passé, ils sont en général de bons coachs pour votre entreprise et votre réseau.

Pour ce qui relève du choix entre un business angel, un capital-risqueur ou un fonds d'amorçage, il est nécessaire de prendre en compte le contexte, les échéances et la quantité de fonds nécessaires.

Le crowdfunding : l'ouverture à la foule

 

Ce type de financement émanant des particuliers, associations ou sociétés n'est pas que réservé aux amateurs en ébullition. Il s'adresse aussi bien à des jeunes entrepreneurs qu'à des sociétés déjà plus établies ayant besoin d'un coup de pouce dans leur croissance.

Les soutiens financiers peuvent se présenter sous trois formes :

  • La prise de participation au capital : des titres sont émis, suivant ainsi un processus traditionnel d'investissement
  • Le prêt : il est assimilable au crédit professionnel (emprunts et intérêts) dans une sphère externe et complémentaire aux banques
  • La pré-commande : le donateur délivre sa participation et obtient une contrepartie. Cela peut être le produit en avant-première par exemple, avec des privilèges associés (participation aux événements, appartenance à une communauté...).

 Le crowdfunding reste adéquat pour des besoins de financement relativement limités.

Introduction en bourse : paradis ou paradoxe ?

 

L'introduction en bourse n'est envisageable qu'à partir de besoins de financement beaucoup plus importants. Pour bon nombre d'entreprises, cette perspective est le point ultime de la réussite. Elle offre un champs des possibles qui permet de voir grand et très grand. Elle met en lumière l'entreprise et son image de marque.

Néanmoins, la cotation en bourse ouvre votre capital à une multitude d'actionnaires que vous ne maîtrisez plus autant. Nombreuses sont les startups qui restent très frileuses malgré le levier potentiel qu'elle présente.

 

Le conseil MB and Scott :

si vous souhaitez avoir plus de détail sur l'impact des modes de financement sur la création de votre startup, notre équipe peut vous conseiller.

Gratuit : prenez un rendez-vous de 20min

 

Posted by Catherine MB&Scott le 29 février 2016

Le lancement d'une start-up : préparer son projet en 7 étapes

Compta start up : les 6 erreurs de gestion les plus fréquentes

Femmes entrepreneurs : chiffres, opportunités, difficultés