Start-up : 10 conseils pour réussir sa levée de fonds

Posted by Catherine MB&Scott

1. Avoir une vision claire de son entreprise

Quelle est la stratégie de votre entreprise ? C’est la question essentielle à laquelle vous allez devoir répondre avant d’envisager la recherche d’une éventuelle levée de fonds.
Pour cela, il vous faudra avoir une vision claire et précise de l’avenir de votre start-up, de son ambition, ainsi que de l’intérêt d’une augmentation de capital. Est-ce pertinent de le faire ? Avez-vous vraiment besoin de cet argent ? Quelles vont être les conséquences d’une entrée au capital de votre entreprise d’investisseurs extérieurs? Les aides publiques et les produits bancaires ne suffisent pas à augmenter son capital ? A vous de décider. ou de vous aider par un professionnel. Un expert comptable peut vous aider à prendre les bonnes décisions pour optimiser votre activité.

Téléchargez notre checklist pour réussir votre levée de fonds >>

 

2. Connaître le bon montant des fonds et leur destination future

 

Décider de faire appel à un business partner est une décision importante. De celle qui peut permettre à votre start-up de devenir rapidement une PME à fort potentiel. Soyez ambitieux mais réaliste sur l’augmentation de capital que vous souhaitez pour votre entreprise.
Vous allez devoir calculer ce dont vous avez besoin en fonction de la nature de votre projet, à court et à moyen terme, et savoir comment vous voulez dépenser le capital. N’oubliez aucune donnée : frais de gestion, fournitures, frais d’avocats, marketing… cela vous permettra de trouver l’équilibre, un point essentiel aux yeux de tout investisseur.

3. Faire sa levée de fonds au moment clef

 

Si vous ne deviez retenir qu’un seul mot avant de solliciter un investisseur, c’est le timing. N’attendez pas que votre start-up soit en situation d’urgence pour rechercher des fonds car il sera peut-être trop tard. Mais ne brûlez pas non plus les étapes : attendez que votre entreprise décolle, chiffres à l’appui.
La croissance de son chiffre d’affaires, les perspectives de développement qu’elle laisse entrevoir, le nombre en constante augmentation de vos clients… montrent que vous savez gagner de l’argent et sont autant d’arguments solides qui pourront convaincre un investisseur de vous accompagner dans l’évolution de votre start-up.

  

Ebook du créateur de startup

4. Bien préparer son business plan

 

Quand on veut lever des fonds, faire un business plan est absolument indispensable ! Pièce essentielle destinée aux investisseurs potentiels, il doit avant tout être lisible, parfaitement compréhensible y compris par un non-expert, et montrer que votre projet est viable.
D’une vingtaine de pages /slides, il va vous permettre d’expliquer où en est votre entreprise, quel est son projet de développement ainsi que les financements recherchés.
Une autre pièce primordiale de votre dossier est l’executive summary, sorte de teaser qui va vous permettre de faire comprendre votre projet. Pas de droit à l’erreur : s’il ne plaît pas à l’investisseur, ce dernier ne donnera pas suite à votre demande.

5. Choisir les bons investisseurs

 

Inutile de contacter une foultitude d’investisseurs en pensant que vous allez multiplier d’autant vos chances de succès. La clef pour optimiser votre recherche, c’est de cibler et de prioriser ceux qui correspondent à vos besoins réels et de leur envoyer un dossier adapté et personnalisé.
Le temps que vous allez y consacrer vous évitera de gâcher votre énergie et vous permettra de trouver les investisseurs réellement en adéquation avec votre projet. N’oubliez pas que chaque fonds a un cahier des charges d’investissement par rapport à ses propres investisseurs, qui peut être sectoriel : n’allez pas sur des secteurs trop éloignés de votre propre terrain de chasse.

6. Réussir sa présentation

 

Vous avez décroché un rendez-vous avec un investisseur potentiel ? Formidable. Mais le plus dur commence. Il va s'agir maintenant de le convaincre de s'engager dans l'aventure.
Pour mettre toutes les chances de votre côté, vous allez devoir développer un argumentaire en “béton”, être passionné, réussir à capter son attention en éveillant sa curiosité et son intérêt, être capable de répondre aux questions qu'il ne manquera pas de vous poser, et, last but not least, rationaliser le message. En clair, présentez votre entreprise et ses produits simplement, allez à l'essentiel, ayez l'esprit synthétique. Préparez-vous et entraînez-vous avant le jour J. De votre capacité de séduction naîtra le désir de vous suivre.

7. Avoir une bonne équipe

 

Motivée, ambitieuse, complémentaire, votre équipe doit donner envie de la suivre au bout du monde. Ou presque. Pour un investisseur, il ne suffit pas que votre entreprise soit séduisante, et que vous ayez de bonnes idées ne demandant qu'à être développées. Il faut aussi que les hommes qu'il la compose lui donne envie de faire route avec eux.
N'hésitez pas à mettre en avant vos qualités de manager, la complémentarité de votre équipe et son dynamisme. Gardez en mémoire qu'un investisseur ne prendra quasiment jamais le risque de suivre un homme seul, même s'il a toutes les qualités du monde.

8. Négocier avec les investisseurs

 

Comment protéger ses intérêts lors des ultimes rendez-vous avec votre business partner ? C’est le moment ou jamais, alors que vous négociez les clauses du pacte d’actionnaires, d’établir les conditions qui vont vous permettre de continuer à piloter votre start-up avec une latitude suffisamment importante.
De ces négociations dépend votre capacité de gouvernance de votre entreprise. N’hésitez pas à prendre conseil auprès d’un avocat qui pourra vous épauler à mettre en place les conditions de l’opération

9. Avoir conscience des conséquences

 

S’engager avec un investisseur extérieur va permettre de faire grandir et développer votre entreprise. Mais cela signifie aussi accepter que les règles qui la régissaient jusqu’à lors vont changer. En partageant le capital de votre start-up, votre business partner va désormais siéger dans ses organes de décision, et vous devrez vous accorder avec lui sur certaines orientations stratégiques.
De plus, il vous faut garder à l’esprit que l’exigence de sortie d’un investisseur – impérative pour les fonds d’investissement – rendra possible la vente totale de l’entreprise dans un délai de cinq ans. Enfin, la signature d’un pacte d’actionnaires entraîne de nombreuses contraintes, et notamment en matière de liquidité de l’actionnariat.

10. Préparer les documents

 

Formidable ! Vous avez franchi avec succès toutes les étapes et réussi à convaincre un business partner de vous suivre. Vous voici désormais au seuil d’une nouvelle aventure. Votre investisseur va alors vous remettre une lettre d’intention dans laquelle seront notamment rappelées ses différentes propositions ainsi que les accords conclus lors de vos rendez-vous.
Viendront ensuite une série d’audits avant la signature d’un pacte d’actionnaires où figureront les clauses que vous aurez négociées au préalable. Ce qui vous permettra, enfin, de recevoir les fonds.

Gratuit : prenez un rendez-vous de 20min

Posted by Catherine MB&Scott le 9 mai 2015

Quel statut choisir après auto-entrepreneur ?

Loi Anti-fraude TVA : votre entreprise est-elle concernée ?

Guide de l'entreprise individuelle : Statuts, conditions, démarches