Nouveau bulletin de paie 2018 : ce qui change

Posted by Nicolas Chabin

Obligatoire depuis le 01/01/2017 pour les entreprises de plus de 300 salariés, le bulletin de paie simplifié, appelé aussi bulletin de paie clarifié, est entré en vigueur pour toutes les sociétés au 01/01/2018. MB&Scott vous explique tous les changements qui interviennent sur votre fiche de paie !

La nouvelle fiche de paie 2018 

 

Jusqu'à présent, les bulletins de salaire étaient particulièrement complexes à déchiffrer pour les non-initiés… Dans le cadre du "choc de simplification" voulu par l'ancien Président François Hollande, l'une des mesures phares étaient de réduire de moitié les lignes qui composent une fiche de paie. Pour plus de lisibilité, les salaires brut et net sont clairement indiqués au début ou à la fin du bulletin. Les cotisations sociales patronales et salariales sont également regroupées en différentes catégories :

  • santé
  • accidents du travail - maladies professionnelles
  • retraite
  • famille - sécurité sociale
  • assurance chômage
  • autres contributions dues par l'employeur
  • cotisations de conventions collectives
  • CSG-CRDS
  • allègement de cotisations

 

 

Téléchargez gratuitement notre mémo comptable et fiscal 2018 >>

Les changements et nouveautés de la fiche de paie 2018

 

À compter du 1er janvier 2018, la fiche de paie ne subit pas seulement une refonte esthétique…

Bulletin de paie simplifié.jpg

Suppression de certaines cotisations salariales

 

La cotisation salariale maladie, fixée à 0,75%, est supprimée depuis le 01/01/2018. En compensation, le taux patronal augmente de 0,11% (de 12,89 à 13%), pour les entreprises du privé qui embauchent des salariés relevant du régime général.

De son côté, la cotisation salariale concernant l'assurance-chômage est tout d'abord abaissée à 0,95% (au lieu de 2,40%), avant d'être supprimée à partir du 01/10/2018.

Fin de la cotisation pénibilité

 

Mise en place en 2017, cette cotisation est supprimée seulement un an plus tard. Cette mesure est avant tout symbolique, son poids financier étant assez faible. En effet, le taux de la cotisation pénibilité s'établissait à 0,01% pour toutes les entreprises. Certaines étaient cependant assujetties à une taxe additionnelle : 0,20% pour les salariés soumis à un facteur de risque et 0,40% à partir de deux facteurs.

Par ailleurs, le compte professionnel de prévention a changé depuis le 01/10/2017. Il est constitué de 6 facteurs de risques (au lieu de 10 jusqu'à présent).

 

 



A lire aussi :


 

Augmentation de la CSG

 

La hausse de la CSG fait partie des mesures les plus emblématiques de la loi de financement pour 2018. Elle est effective depuis le 01/01/2018 et son taux est passé de 7,50 à 9,20%, soit une augmentation sensible de 1,7 point. Tous les revenus d'activé sont concernés : revenus du patrimoine, de remplacement, placements, mais aussi les salaires !

Maigre consolation, la part de CSG déductible augmente elle aussi de 1,7 point pour s'établir à 6,80%.

Augmentation de la cotisation GMP

 

La GMP (Garantie Minimale de Points) est accordée aux salariés cadres (ou assimilés) et leur permet d'acquérir au minimum 120 points de retraite annuels s'ils touchent moins de 3664,82€ par mois en 2018. La cotisation GMP augmente dès le 1er janvier. Elle passe ainsi de 26,71€ à 27,60€ par mois pour le salarié et de 43,67€ à 45,11€ pour l'employeur.

Le cas des cotisations de mutuelles

 

Les entreprises avaient jusqu'au 31/12/2017 pour faire bénéficier à leurs salariés d'un contrat de santé collectif. Ce contrat responsable leur permet de profiter d'avantages financiers fiscaux et sociaux, tels que le non-assujettissement des contributions versées par l'employeur sur l'assiette de calcul des cotisations de sécurité sociale et de C3S (Contribution Sociale de Solidarité des Sociétés), l'exonération de certaines taxes ou encore la déductibilité des primes versées sur un contrat de prévoyance collectif.

Les sociétés retardataires risquent donc de connaître une évolution potentielle des cotisations salariales et patronales de mutuelle dans le cadre de la renégociation des contrats hors délais.

Le conseil MB&Scott :

Si le nouveau bulletin de salaire est plus accessible pour les salariés, il est en revanche toujours aussi difficile à établir pour les employeurs ! En effet, ceux-ci ont l'obligation d'en conserver une version complète, en cas de contrôle de l'administration et de l'Urssaf, détaillant tous les taux et les assiettes de calcul. Afin d'être certain de ne commettre aucune erreur et de ne pas passer vos journées à éditer vos fiches de paies, il est fortement recommandé de déléguer cette tâche fastidieuse à un expert-comptable.

Contactez-nous pour plus d'informations >>

 

Téléchargez votre mémo comptable et fiscal 2018

 

>> Rejoignez la communauté des entrepreneurs MB

Si vous n’êtes pas encore client MB, c’est le moment de vous lancer si vous avez besoin de :

N'hésitez pas à nous joindre directement par téléphone: 01 84 17 84 76

Posted by Nicolas Chabin le 20 février 2018

Comment faire la différence entre Comptabilité et Trésorerie ?

Les avantages de la comptabilité en ligne !

Quels documents devez-vous conserver dans votre entreprise ? Et combien de temps ?