[Interview] Grégory Pouy - "Le métier de consultant est très agréable pour l'intérêt des missions et des personnes que l'on rencontre"

Posted by Gaëtane

Dans le cadre de notre opération "Culture Consultant", MB&Scott a interviewé Grégory Pouy, consultant marketing et fondateur de LaMercatique. 

Bio express 

 

LaMercatique est un cabinet de conseil marketing à l’ère digitale qui accompagne de grandes marques de luxe dans leurs transformations pour des consommateurs digitalisés, et qui offre des services tels que la stratégie de marque à l’ère digitale, le monitoring personnalisé, les séminaires et le suivi opérationnel.

Grégory Pouy est consultant marketing indépendant. Il se définit comme un artisan du marketing et prône un retour aux bases de celui-ci afin de mieux comprendre ses évolutions modernes. Ses mots d’ordre : minutie, clarté, pragmatisme.

1. On entend le mot "consultant" un peu partout dans les milieux professionnels. Pouvez-vous nous donner votre définition de "consultant" en quelques mots ?

 

Il y a tellement de types de consultants différents qu'une définition englobante serait sans doute trop générique.

Je vais parler des consultants indépendants peut-être et encore mieux, ce que je connais le mieux, les consultants marketing indépendants.

Il s'agit de personnes qui ont une expertise donnée et qui aident leurs clients (marques, agences, institutions, associations) dans des problématiques très spécifiques et souvent de manière agnostique car ils n'ont pas (s'ils sont honnêtes) de solutions à privilégier à priori.

 

Comptabilité en ligne à partir de 69€  

2. "Consulter" un expert renvoie à une notion "d'accompagnement", de "théorie". N'y a t'il pas un risque dans ce métier de s'éloigner du concret, de devenir seulement "celui que l’on consulte" ?

 

Oui, je crois que c'est vrai en particulier quand on sort de l'école et que l'on applique des méthodes qui ont fait leur preuve mais que l'on a pas eu d'expérience opérationnelle au préalable.

Personnellement j'ai 15 années d'expérience dont 10 opérationnelles (5 chez l'annonceur et 5 en agence de communication).

Après, c'est la responsabilité du consultant de ne pas être éloigné du concret en accompagnant au plus près et en mettant en place de son côté peut-être des projets pour toujours garder ce réalisme du concret, indispensable à tout bon consultant.

Ebook comptabilité consultant

 

3. On entend beaucoup de consultants parler de "se mettre à leur compte". A votre avis pourquoi ?

 

Effectivement, je vois beaucoup de personnes qui sont frustrées par les modèles que leur proposent les entreprises.

Ces dernières sont souvent sclérosées, n'avancent pas très vite et finalement vous passez une bonne partie de votre journée et de votre énergie à vous battre en interne mais à ne rien faire avancer. Le consulting indépendant, c'est la possibilité de construire son équilibre en toute liberté et de travailler sur des missions qui nous intéressent.

Dans mon cas, à travers mon blog et les conférences que je donnais, j'avais beaucoup de demandes de clients en direct. L'agence dans laquelle je travaillais ne me servait donc pas à cela et je me sentais limité, c'est la raison pour laquelle je me suis lancé en tant qu’indépendant.

Maintenant, il ne faut pas être angélique non plus, d'un côté le consulting indépendant, c'est la liberté et l'intérêt des missions mais c'est aussi une forte instabilité, le fait de travailler seul etc... ce n'est pas une situation aussi simple. 


A lire aussi:


4. Quel avenir peut-on imaginer pour un consultant ? Une vie est elle possible après le conseil ? N'est-ce pas une forme d'aboutissement ?

 

Je pense que le consulting peut être un aboutissement mais il peut aussi être un passage.
Cela dépend du moment où on choisit de devenir consultant indépendant et des raisons qui ont motivé ce choix.

Un consultant en cabinet en début de carrière apprendra surtout des méthodes et décidera ensuite souvent de rejoindre une marque. Dans le cas d'un indépendant qui a souvent une expérience passée forte, il peut passer de l'un à l'autre même si la politique interne et la perte de la liberté sont des concessions difficile.

Ce sont des questions que tout consultant indépendant se pose de manière régulière, je crois.

5. Peut on être heureux en étant consultant ? ;-)

 

Je ne suis pas certain du rapport de cause/conséquence mais en tous cas le métier de consultant est évidemment très agréable pour la liberté que cela offre, l'intérêt des missions, l'intérêt des personnes que l'on rencontre.

C'est un équilibre particulier mais dans lequel on peut tout à fait se sentir parfaitement à son aise.

Personnellement, cela fait 5 ans que je fais ce métier et je l'aime toujours un peu plus.

>> Rejoignez la communauté des entrepreneurs MB

Si vous n’êtes pas encore client MB, c’est le moment de vous lancer si vous avez besoin de :

Posted by Gaëtane le 27 avril 2017

[Interview] Bobe Choimet "J'améliore les extérieurs de l'habitat"

Le lancement d'une start-up : préparer son projet en 7 étapes

[Interview] Frank Thill "Mon but est de solutionner les enjeux que le client me transmet et qu’il ne peut pas résoudre"