Devis gratuit
Conseils | Consultant | fin de mission | 3 minute read

Fin de mission : comment l'anticiper et la gérer ?

Written by Nicolas Chabin
novembre 22, 2019

La fin d’une mission, qu'elle soit prévue ou non, fait partie des étapes difficiles pour un consultant, et un indépendant en général. Afin de vous aider à mieux vivre ce moment, MB&Scott vous donne quelques conseils pratiques pour bien gérer ce type de situation.

Fin de mission : le guide MB&Scott

 

Les différentes fins de mission

La collaboration avec un client peut généralement être rompue de deux façons. La plupart du temps, cela correspond à la fin contractuelle de la mission. Mais dans certains cas, le client peut souhaiter qu'elle s’achève plus tôt que prévu. La rupture anticipée peut avoir alors plusieurs causes :

· Votre prestation n'est pas satisfaisante aux yeux du client

· Un concurrent a démarché votre client et lui a proposé une meilleure offre

· Le client rajoute continuellement des tâches non prévues initialement et refuse votre nouvelle proposition commerciale

· Le client veut rapatrier le travail en interne

Anticiper une fin de collaboration

Afin d'éviter que la situation ne vous affecte trop, vous devez toujours être dans l’anticipation. Concrètement, ce n’est pas parce que vous disposez de clients qui vous permettent de générer un CA suffisant que vous devez arrêter de prospecter.

Si vous n’avez malgré tout pas anticipé la rupture et qu’elle intervient brusquement, ne ressassez pas cet échec. Il est essentiel de reprendre confiance en soi pour trouver de nouveaux clients.

A lire aussi :

Mettre en place une réserve financière

L'un des points les plus anxiogènes lors d'une fin de mission est le fait d'avoir peur de se retrouver sans revenus pendant une période plus ou moins longue.

Un moyen de remédier à cela est de vous constituer une réserve d'argent, ce qui revient à provisionner chaque mois une somme sur votre chiffre d'affaires. Affectez-la sur un compte dédié et n'y touchez pas.

Ce principe de précaution s'applique dans le cadre des CDD, avec une indemnité de fin de contrat de 10%. Il existe également dans le milieu du portage salarial. La convention collective du portage salarial prévoit en effet la provision de réserves financières pour les périodes d'intermission où le consultant n'est plus en activité et recherche de nouveaux contrats. Cette réserve, égale à 10% du salaire de base de la dernière mission, a pour objectif de pallier la baisse de rémunération, voire son absence, pendant les périodes creuses. Elle permet donc de financer la phase de prospection.

Provisionnez intelligemment

Dans la pratique, la provision est constituée sur vos honoraires facturés pendant les périodes d'activité. Un taux de 10% paraît satisfaisant, mais vous pouvez l'adapter en fonction de la situation. Il peut être plus bas en cas de faible activité, ou supérieur lors d'une rentrée d'argent importante.

Une fois votre mission terminée, vous avez la possibilité d'utiliser la réserve pour rémunérer votre prospection durant la période d'intermission. Cela vous permet ainsi de rester plus serein, point essentiel pour gagner la confiance de nouveaux clients.

Si vous avez besoin d'informations supplémentaires, n'hésitez pas à nous contacter : nous vous donnerons nos meilleures astuces pour gérer votre activité, provisionner efficacement et trouver des nouvelles missions.

Le + MB&Scott :

Dès que la rupture de mission est actée, mettez en place un plan de transition. Celui-ci définit les étapes du transfert du travail à votre client ou à un autre prestataire. Vous faites ainsi en sorte que le projet ne soit pas interrompu, tout en facturant les heures de travail effectuées.

 

>> Rejoignez la communauté des entrepreneurs MB, expert-comptable en ligne pour consultant

Si vous n’êtes pas encore client MB, c’est le moment de vous lancer si vous avez besoin de :

N'hésitez pas à nous joindre directement par téléphone: 01 84 17 84 76

 

Tags: consultant, conseils, fin de mission